NEOLYSPLUS

ACTYCEL : LE POUVOIR DE LA LUMIÈRE

DÉCOUVREZ LA PHOTOBIOMODULATION AVEC LA TECHNOLOGIE ACTYCEL

La photobiomodulation, c’est l’application d’une lumière monochromatique produite par des LED (Light-Emitting Diode) sur une zone du corps définie. Cette action a pour effet de stimuler les processus biologiques au niveau cellulaire. Ce phénomène porte plusieurs noms : photobiomodulation, photomodulation, photobiostimulation, photothérapie ou encore LLLT (pour Low Level Light Therapy).

PHOTOBIOMODULATION, ATP & MITOCHONDRIES

Savez-vous ce que sont les mitochondries ? Pour faire simple, elles fabriquent de l’énergie nécessaire au fonctionnement du corps et sont présentes dans toutes les cellules de l’organisme (sauf dans les globules rouges).
Souvent qualifiées de “centrales énergétiques” des cellules, les mitochondries contribuent à la production de la molécule ATP (Adénosine Tri-Phosphate). C’est ce processus essentiel qui génère de l’énergie cellulaire.

Les stocks d’ATP sont relativement réduits, ce qui rend la molécule soumise à un renouvellement intense, permanent et rapide.
Pendant et après un effort intense et prolongé, les muscles ont tendance à manquer d’ATP, ce qui entraîne tensions, douleurs et même blessures. Même sans parler d’effort, l’usure cellulaire génétique ou environnementale engendre entre autres vergetures, cellulites et rides.
C’est là qu’entre en jeu la technologie LED Actycel. Les photons qui composent la lumière ont une action directe sur les mitochondries, permettant une meilleure régénération des cellules musculaires.

LA TECHNOLOGIE LED AGIT SUR VOS CELLULES

Lors d’une séance de photobiomodulation, les rayons lumineux traversent les différentes couches de la peau et pénètrent au cœur des cellules musculaires.
Le principe d’action de la technologie Actycel est modulé en fonction de la plage de couleur des rayons (en l’occurrence le rouge), du mode de délivrance (pulsé ou continu) et de la puissance du flux.
En stimulant les cellules musculaires au repos au niveau de l’enzyme cytochrome c-oxydase de la mitochondrie, la lumière va permettre de produire plus d’ATP, donc plus d’énergie. Par la même occasion, la lumière va activer des mécanismes de réparation anti-inflammatoires indispensables à une bonne récupération après l’effort par exemple.

LA MITHOCONDRIE – USINE A ENERGIE DE NOS CELLULES  

Les mitochondries sont des organites présents dans toutes les cellules de la plupart des eucaryotes, hormis certaines cellules telles que les globules rouges. Leur diamètre varie généralement entre 0,75 et 3 μm. Les mitochondries sont souvent décrites comme les « centrales énergétiques » des cellules, dans la mesure où elles contribuent à l’essentiel de la production d’ATP cellulaire à travers la β-oxydation, le cycle de Krebs et la chaîne respiratoire dans le cadre de la phosphorylation oxydative.

Leur nombre par cellule varie considérablement par espèce, par tissu et par type cellulaire, alors que les globules rouges du sang en sont totalement dépourvus, les plaquettes en contiennent très peu, tandis que les cellules du foie et les cellules musculaires peuvent en contenir plus de 2000.

L’ATP – LA MOLECULE CLEF DE L’ENERGIE CELLULAIRE 

L’ATP (Adénosine Tri-phosphate) est le donneur immédiat d’énergie libre et de très loin le plus important dans les systèmes biologiques. Ce rôle d’intermédiaire, couplé au fait que les stocks d’ATP ne sont pas très importants, fait que cette molécule est soumise à un renouvellement intense, ce qui nécessite une production permanente, rapide et importante.
Chez l’homme, on estime que la consommation énergétique moyenne d’un individu est d’environ 8 360 kjoules (2 000 kcal) par 24 heures. Cette énergie, contenue dans les molécules organiques (généralement glucides et lipides), doit servir à fabriquer de l’ATP avant d’être utilisée par les cellules. Le rendement de cette synthèse est nécessairement inférieur à 1, le reste étant perdu sous forme de chaleur. C’est donc environ 4 180 kjoules (1 000 kcal) qui seront stockés transitoirement dans les molécules d’ATP puis utilisés par les cellules !

L’hydrolyse d’une mole d’ATP fournit 30,5 kjoules (7,3 kcal) dans les conditions standard mais près de 50 kjoules (12 kcal) en conditions physiologiques. Les 4 180 kjoules fournis aux cellules correspondent donc à l’hydrolyse de 83,6 moles d’ATP, soit environ 46 kg… Sachant que le stock d’ATP/ADP pour tout l’organisme est d’environ 0,1 mole (autour de 50g), cela implique qu’il soit renouvelé 460 fois par jour, soit approximativement une fois toutes les 3 minutes ! Cette valeur est une moyenne pour un organisme et peut être largement inférieure pour une cellule en cas de très forte demande énergétique (typiquement une cellule musculaire lors d’un effort intense) pour se chiffrer en secondes.

LA BOUTIQUE

Retrouvez toute notre gamme de produit sur notre boutique en ligne.

INNOVATION

Une innovation conçue et fabriquée en France, découvrez la.

Fermer le menu
×

Panier