Cheval: ostéopathie équine, découvrir et comprendre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Cheval: ostéopathie équine, découvrir et comprendre

Qu’est-ce que l’ostéopathie équine ?

L’ostéopathie ne date pas d’hier. Elle fut créée à la fin du XIXe siècle aux États-Unis par Andrew Taylor Still. A cette époque, elle ne s’appliquait qu’à l’humain et personne n’envisageait l’idée de l’ostéopathe pour cheval.
L’ostéopathie et ses bienfaits sont aujourd’hui largement reconnus aussi bien dans le domaine humain que dans le domaine animal. Elle est courante dans le milieu équestre et pour lequel des techniques de normalisations ont été spécialement adaptées.

L’ostéopathie équine est une thérapie manuelle douce. Ses objectifs sont de viser l’harmonisation des structures et des systèmes du corps du cheval afin de maintenir son bon fonctionnement. Ainsi le corps sera plus à même de lutter contre les affections du milieu extérieur. L’ostéopathe équin pour chevaux aura pour but de restituer la mobilité générale du cheval et ainsi permettre aux fluides de mieux circuler à travers l’ensemble de l’organisme.

osteopathie-equine

Pourquoi consulter un ostéopathe équin ?

Pour répondre à cette question, demandez-vous pourquoi allez-vous consulter un ostéopathe ?

En règle générale, nous faisons appel à leurs services lorsqu’on éprouve une douleur cervicale, dorsale, lombaire, au niveau des membres quand on ressent une gêne au niveau de l’abdomen, quand on a des maux de ventres ou des migraines chroniques, ou quand on ne peut plus faire certains mouvements du quotidien, quand un élément physique vient perturber le bon fonctionnement de notre organisme ; et pour beaucoup d’autres raisons.

Les motifs de consultation sont multiples. Il en est de même pour nos amis équidés avec l’ostéopathie du cheval. La seule différence est qu’ils ne peuvent pas exprimer leur douleur par la parole.

Cette différence est majeure car, si on ne note pas dans l’immédiat l’inconfort du cheval, ce dernier va adopter une position dite « antalgique » afin que cette nouvelle posture limite sa douleur. Pourtant, cela n’enlèvera nullement le problème ayant causé la douleur ou la gêne. Bien sûr, l’animal se sentira plus à son aise, par contre, le problème d’origine qui aura causé cette douleur sera toujours bien présent. Le corps va compenser en permettant au cheval de se mouvoir et d’effectuer les exercices demandés par son cavalier, cependant ceci n’est qu’une solution provisoire de l’organisme.

Notre corps, tout comme celui du cheval, est régi par le principe d’autoguérison (l’ homéostasie). Grâce à lui, l’organisme est capable de se remettre d’un grand nombre de traumatismes.

Cheval et osteopathie équine

Certaines interactions peuvent être plus brutales et traumatiques que d’autres.
On ne s’en rend pas compte mais sauter, courir, porter sont des actions sollicitant énormément de muscles, articulations et d’autres structures du corps du cheval. Ces actions sont traumatiques pour le corps tout entier.

Pour le cheval, supporter les 60 ou 80 kg du cavalier, plus une selle, sur son dos n’est pas une action anodine. Sur la durée, il aura lui aussi des douleurs au niveau de la colonne.

Grâce au principe d’adaptation et de compensation et à l’homéostasie, le corps va adopter une nouvelle posture afin de pouvoir fonctionner le plus normalement possible et de permettre aux structures lésées de guérir.

Toutefois, à la longue, il arrive un moment où le corps ne peut plus compenser. Alors que nous pouvons dire « j’ai mal », le cheval s’efforcera d’accomplir son travail. Il nous témoignera son inconfort lorsque son corps ne trouvera plus de position antalgique lui permettant de fonctionner normalement.

Selon l’origine de la dysfonction, on pourra observer des boiteries, des refus, un départ au galop difficile, un relevé brusque de la tête en allure montante, un cheval qui tousse au sanglage, un reculer difficile ou de travers, un cheval dur en bouche ou ne répondant pas aux jambes, l’apparition de certains tics, voire de certaines pathologies.

Pour toutes ces raisons, il est important de consulter un ostéopathe équin lorsque vous observer un changement chez votre cheval. À savoir qu’un suivi régulier, à minima annuel, demeure la meilleure solution pour s’assurer du bon fonctionnement de l’ensemble des structures du corps.

Quand consulter un ostéopathe pour chevaux ?

Bien souvent, nous faisons appel à l’ostéopathe lorsque notre cheval boîte. Sachez qu’à ce moment-là, la dysfonction ostéopathique, qui est à l’origine de la boiterie, est installée depuis longtemps.

La meilleure chose à faire serait de demander une consultation pour un check-up annuel, en prévention, sans attendre que le cheval présente une douleur.

L’ostéopathe pour chevaux pourra alors déceler si une gêne peut engendrer des soucis de types boiteries ou autres.

L’observation par le cavalier et/ou propriétaire reste le meilleur conseil pour anticiper les éventuels problèmes et modifications de comportement. Dès que vous notez un changement dans sa posture, ses aplombs, ses allures, son tempérament, sa prise alimentaire, son travail sous la selle, en longe ou en liberté, son attitude générale, demandez l’avis d’un ostéopathe équin. Lors de la séance, il pourra vous expliquer les causes ostéopathiques des changements que vous avez observés.

Quel est l’interêt de l’ostéopathie équine pendant la croissance du poulain ?

Comme nous le voyons, l’intérêt de l’ostéopathie équine est donc de prévenir de certaines pathologies du cheval. L’ostéopathie équine permettra d’accompagner votre cheval durant sa croissance en s’assurant de son bon développement.

Durant sa vie de poulain, le cheval explore, joue, interagit avec son environnement et ses congénères. Il fait de nombreuses expériences qui, parfois, peuvent se révéler brusques ou impensables. C’est également à cette période qu’ils sont débourrés. Le débourrage est une expérience très intense pour le poulain. On notera que souvent cela peut être chaotique. Par conséquent, le suivi par un ostéopathe équin durant sa croissance est primordial afin d’optimiser sa transition vers l’âge adulte.

Comment un outil comme NEOLYS+ AnimalCare peut accompagner la pratique d’ostéopathie équine et dans quel cadre l’utiliser ?

L’utilisation de la lumière à des fins thérapeutiques est courante. Aussi bien chez l’humain que chez l’animal. Cette science s’appelle la « photobiomodulation ». On la retrouve dans les lasers par exemple. Le dispositif NEOLYS+ AnimalCare est un outil miniaturisé et portable de photobiomodulation proposant des programmes d’émissions de lumières non-invasives et sans risque pour agir sur les mécanismes biologiques tels que la réparation des tissus (cicatrisation), la réponse du corps à l’inflammation, le confort musculaire et les tensions musculaires, la mobilité et le traitement des affections du derme. Les programmes sont très courts, de l’ordre de quelques minutes, et apportent une solution biologique non-invasive à l’animal et un confort d’utilisation pour l’utilisateur.

Dans la pratique de l’ostéopathie (y compris humaine – voir LIFE+ SportDevice), le dispositif NEOLYS+ AnimalCare va être un adjuvant thérapeutique non-invasif de premier choix et donc très intéressant pour les cas suivants :
– relâcher des muscles tendus avant manipulation (programme Musculaire – 7mn)
– contribuer à apporter plus de mobilité sur une articulation avant manipulation
–  mieux mobiliser la réponse à l’inflammation après une manipulation (programme anti-inflammatoire – 5mn)

Sur un point localisé (boulet, épaule), appliquez le dispositif directement sur la peau et laissez le programme aller jusqu’à son terme.
Su une zone type musculaire (dos du cheval par exemple), appliquez le programme sur la peau en le déplaçant sur la zone (par exemple de chaque côté de la colonne du cheval) toutes les 30/45 secondes.

osteo_cheval_photobiomodulation

Vous êtes ostéopathe équin ? Contactez-nous pour vous équiper et vous former.

Equipez-vous du dispositif NEOLYS+ AnimalCare afin d’accompagner et traiter les problèmes courant du cheval en quelques minutes.